Halldór Laxness : prix Nobel de littérature (1955)

Depuis que je me suis épris de l’Islande, j’ai lu La cloche d’Islande de Laxness et ma découverte se poursuit avec Gens indépendants du même auteur.

La cloche d’Islande constitue une excellente leçon d’histoire de l’Islande et le style est passablement différent de la littérature à laquelle je suis habitué, que ce soit la littérature française, québécoise, allemande ou russe. Une des raisons est – pour ce que j’en connais -, que la littérature islandaise vit sous le spectre des anciennes sagas et dans des conditions matérielles qui n’ont jamais été des plus avenantes.

Tout comme dans les sagas et dans les contes islandais, le dialogue est direct et comique. Avec Gens indépendants, les dialogues n’ont rien à envier à La cloche d’Islande, le rythme du roman semble plus soigné et je dirais que l’intrigue est moins complexe dans son ensemble. Jusqu’à maintenant, il n’a pas été facile de lire un chapitre sans directement enchaîner avec le suivant.

À suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s