Iquique, Mirage du Chili

Vincent et moi avons parcouru près de 400 kilomètres dans le désert d’Atacama depuis Calama pour arriver sur une ville tout à fait improbable, Iquique.

Avec un casino, la zona franca (centre d’achat duty free) et moins de 2,5 mm de pluie par an, ça rappelle forcément Las Vegas. Sauf que Iquique a des plages, de très longues plages, un attrait considérable, selon moi.

Et cette ville a l’air d’un mirage. Peu importe la photo, quand on l’a voit entre le désert, le ciel et l’océan, ça n’a jamais l’air vrai. Mon seul regret est de ne pas avoir eu le temps de trouver un mirador et de prendre de belles photos.

Avoir eu plus de temps, on aurait aussi pu faire du parapente ou pour les adeptes, du sandboard sur son immense dune de sable devant le plateau.

 

 

Publicités

Yellowstone National Park, Wyoming, USA

Depuis mon voyage en Islande, j’ai la piqûre des phénomènes géothermiques tels que les volcans et les geysers. Un jour ou l’autre, je devais donc aboutir à Yellowstone, là où ces phénomènes sont les plus nombreux. Mais il n’y a pas que des phénomènes géothermiques à Yellowstone.

Vous trouverez une galerie d’images plus bas et vous pourrez aussi visionner des vidéos de sources chaudes, de geysers, de chutes et d’animaux que j’ai ajoutées sur youTube.

Firehole River

La Firehole River avec ses couleurs d’automne et les nombreuses sources chaudes qui la bordent dans le Upper Geyser Basin

Sans vouloir réduire les attractions du parc à la liste ci-dessous, voici mes coups de coeur :

  • Le Grand Canyon de Yellowstone : tout simplement grandiose.
  • Les élans (wapitis) : en période de rut, les élans mâles sont prêts à tout pour conserver leur harem. Nous en avons vu charger et frapper les véhicules qui ralentissaient un peu trop à leur goût.
  • Les couleurs de l’automne : à Yellowstone, les couleurs ne sont pas dans les arbres, mais dans l’herbe au sol. Le sentier de Mystic Falls m’a particulièrement impressionné pour cette raison.
  • Les geysers : la quantité, la variété et la taille des geysers est unique au monde.
  • Le ciel étoilée : un soir de nouvelle lune sans nuage et sans pollution lumineuse. Enfin!

Vue d’ensemble du parc

Lower Falls de la rivière Yellowstone

Lower Falls dans le Grand Canyon de Yellowstone

Le nom du parc devient évident quand on voit le Grand Canyon creusé par la rivière Yellowstone. Les parois du Canyon sont principalement jaunes, quoiqu’on y trouve toutes sortes de couleurs à certains endroits.
Le parc est sur un haut plateau situé en moyenne à 2 400 mètres d’altitude au coeur des montagnes rocheuses. On ne voit pas de volcans à Yellowstone, car la moitié du parc est elle-même dans un volcan qui après avoir fait éruption il y a 640 000 ans, se serait effondré sur lui-même pour former ce qu’on appelle une caldera. Dans le cas de Yellowstone, ce serait une caldera de 48 km par 72 km.

Par ailleurs, la caldera est encore bien active, la preuve étant que la moitié des phénomènes géothermiques de la planète se trouvent à Yellowstone, dont le deux tiers des geysers. La dernière éruption mineure a eu lieu il y a 70 000 ans.

Premier parc national au monde

Le parc est si particulier qu’il est devenu le premier parc national au monde en 1872, un peu moins de 5 ans après la confédération canadienne. À titre de comparaison, Rockfeller fondait la Standard Oil Company moins de 2 ans auparavant et en Europe, la guerre franco-allemande de 1870 venait de se terminer.

À cette époque, les scientifiques ne pouvaient pas s’aventurer dans cette région sans être escortés par l’armée américaine à cause des conflits en cours avec les Amérindiens. De leur côté, les Amérindiens fréquentaient déjà la région depuis plus de 10 000 ans…

Les sources chaudes (hot springs)

Grand Prismatic Spring

Grand Prismatic Spring dans le Midway Geyser Basin

Une source chaude est une source d’eau chauffée par le magma sous-jacent. L’eau peut être en dessous du point d’ébullition ou en ébullition constante.

Les sources chaudes prennent toutes sortes de couleurs selon la température de l’eau et les organismes qui les habitent. Comme les autres phénomènes de Yellowstone, chaque source est unique.

Pour voir Punch Bowl Spring en ébullition sur mon canal youTube, cliquer ici.

Les organismes thermophiles (Heat-living microscopic organisms)

Organismes thermophiles

Des organismes thermophiles

Les couleurs autour des sources chaudes sont pour la plupart des micro-organismes qui vivent de la chaleur de ces sources. Ce sont des champignons, des algues ou des bactéries et on les trouve partout dans les sources ou dans les eaux qui s’écoulent des sources.

Certains de ces organismes peuvent même vivre dans de l’eau en ébullition…

Les geysers

Le Lion

Lion Geyser et un arc-en-ciel

Le mot geyser provient du nom du geyser islandais Geysir dont l’origine est le verbe geysa qui signifie jailliren vieux norrois. Un geyserest une source chaude dont le conduit qui mène à la surface est particulièrement étroit.

En 1846, le chimiste allemand Robert Bunsen, fournit la première explication acceptée du fonctionnement d’un geyser, qu’il arriva même à reproduire en laboratoire.

Vous pouvez voir un de mes geysers préférés, Fountain Geyser, en éruption sur mon canal youTube.

Galerie d’images

Voici une galerie d’images du Grand Canyon, de sources chaudes, de geyers, d’animaux, etc. Cliquez sur une image pour lancer la galerie.

N’hésitez pas à m’écrire ou à me poser des questions si vous planifiez aller à Yellowstone. Pour les questions pointues sur les phénomènes géothermiques, mieux vaut demander à Google…

Un soir d’été pas comme les autres

À 19h15, tous les appareils électriques s’éteignirent brusquement.

Panne d’électricité.

Deux secondes plus tard, un coup de tonnerre gronda et de grosses gouttes de pluie commencèrent à tomber tranquillement. Après quelques minutes, la grêle envahit soudainement ce qui restait de silence.

Sans électricité, nous n’avions d’autre choix que de jouir du spectacle.

Après un bref moment, la pluie cessa et les voisins entreprirent de sortir pour investiguer l’état des lieux. Quelques-uns constatèrent que certains avaient encore de l’électricité, à en juger par quelques lumières au bout de la rue, si bien que des expéditions de sinistrés se formèrent pour aller circonscrire l’étendue de leur malchance.

Entre-temps, certains philosophaient, par des remarques plus ou moins bien senties, sur notre vulnérabilité et sur notre énergivoracité, tandis que d’autres se contentaient d’éructer des grossièretés pour bien marquer leur impuissance.

Pour ma part, j’étais content de me libérer de mes obligations, faute d’électricité. L’idée de passer une soirée tranquille et dénuée de stimuli m’arrangeait, même si l’idée de prendre une douche à la chandelle me contrariait quelque peu…

Quand la noirceur s’installa, nous nous étions résignés à cette état de choses déroutant et de joyeuses clameurs animèrent les trottoirs et les balcons pendant quelque temps jusqu’à ce que la nuit les emporte complètement.

Puis soudainement, vers 2h15, je me réveillai et tous les appareils électriques se ranimèrent en même temps. La jubilation de tous ces appareils était si grande qu’on aurait cru le démarrage d’une soucoupe volante. Avec autant d’enthousiasme, je fus même surpris que la toilette elle-même ne se soit pas manifestée par un glougloutement de joie ou deux…

À nouveau, la vie avait repris son tic-tac si familier.